samedi 12 mai 2018

Médiation : Pourquoi les parties ne révèlent-elles pas leurs attentes?

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Une médiation est avant tout un processus de communication facilité par un tiers. L’échange d’information est donc au cœur du processus. Or, il advient plus souvent qu’autrement que les personnes participantes ne prennent pas le temps de bien expliquer et d'explorer leurs attentes et intérêts respectifs. L’une des hypothèses la plus courante qui tendrait à démontrer ce phénomène est le fait que les gens retiennent ce qu'ils ont à révéler par crainte de se faire avoir. D’autres avancent plutôt que ce sont les sentiments négatifs qu'ils entretiennent envers l'autre qui font qu'ils rechignent à partager leurs attentes. Mais selon certaines recherches, il y aurait une autre explication. On ne révèlerait pas ce qu'on attend des échanges tout simplement parce qu’on croie que le vis-à-vis les connait!

lundi 7 mai 2018

Prévenir les comportements contre-productifs durant une médiation

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Deux types de comportements contre-productifs sont particulièrement nuisibles à la recherche d’un compromis et peuvent constituer un cauchemar lors d’une médiation: l’agression verbale et l’adoption d'une attitude qui cherche la vengeance. Les attaques de vive voix peuvent être directes, par exemple si on menace l’autre personne, ou indirectes lorsqu’on la ridiculise. Quant au désir de se venger, il apparait lorsque l’un des protagonistes essaie davantage de faire payer son vis-à-vis que de trouver une solution. Le médiateur doit mettre fin à ces comportements répréhensibles, non seulement pour assurer le bien-être des participants, mais également pour des raisons d’efficience. En effet, ces attitudes court-circuitent les communications positives et limitent grandement les chances de trouver une solution. Mais si en plus de gérer ces situations, on en prévenait l’émergence?

dimanche 29 avril 2018

Médiation : Utiliser la colère pour obtenir des concessions, est-ce payant?

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

L’expression des émotions est une composante intrinsèque de la gestion des conflits. Si plusieurs modèles de médiation privilégient une approche «rationnelle» lors des négociations, une recherche a démontré clairement qu’un protagoniste qui se met en colère obtient généralement plus de concessions de la part de son interlocuteur. Toutefois, cela nécessite que les conditions propices à l’utilisation stratégique de cet emportement soient présentes. Doit-on pour autant bannir l’expression des émotions fortes? Que peuvent y faire les négociateurs et les médiateurs?

lundi 23 avril 2018

Médiation de groupe: Que faire avec la personne victime d’ostracisme ?

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Lorsqu’on intervient pour régler un conflit organisationnel, c'est-à-dire celui qui sévit dans une équipe de travail ou entre certaines d'entre elles dans une organisation, il arrive parfois que l’un des membres du groupe soit victime d’ostracisme. Un individu est ainsi ostraciser lorsqu’il est ignoré et exclu par un ou plusieurs autres. Malgré l'absence de dérogation verbale ou d'agression physique, subir un tel traitement est douloureux: il menace notamment le besoin psychologique d’appartenance des victimes. Face à semblable situation, tous conviennent que le gestionnaire ou le médiateur se doit d’intervenir, mais comment peut-il gérer cela ? Les recherches indiquent que ce n’est pas si simple. Avant d’agir, il est important de bien circonscrire la forme d’ostracisme présente; ce qui guidera le choix d’une intervention efficace.

samedi 14 avril 2018

Médiation : Gérer l’écosystème de l’intimidation

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Peut-on modérer l’incivilité et le harcèlement uniquement dans une logique de contrôle de l’intimidateur? Bien que celui-ci soit au cœur du problème, les études démontrent qu’on ne peut exclure la dynamique de groupe de l’équation. Pour que la personne au comportement répréhensible puisse opérer librement, celle -ci a besoin d’une équipe environnante qui lui laisse le champ libre. Les médiateurs et les gestionnaires doivent tenir compte de ce fait s’ils veulent endiguer efficacement l’intimidation. Ainsi, modifier l’attitude des membres du groupe, c’est aussi contenir la propension de l’intimidateur à harceler ses collègues. Dans cette chronique, nous utiliserons les conclusions de différentes recherches pour décrire l’écosystème de l’intimidation et pour proposer une stratégie d’intervention utilisant la dynamique de groupe comme outil de gestion du phénomène.