dimanche 18 février 2018

Négociation imbriquée: un couteau à deux tranchants!

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Peut-on débloquer une impasse en liant deux sujets distincts dans une même négociation? De façon régulière, nous observons l’usage de cette stratégie au Congrès américain. En effet, les élus votent régulièrement pour relever le plafond de la dette (ce qui permet au gouvernement d’emprunter pour maintenir les opérations à flots). Pour être adoptée, cette mesure nécessite deux tiers des voix. En conséquence, les représentants majoritaires doivent négocier avec ceux de la minorité pour obtenir les appuis requis. C’est souvent l’occasion pour ces derniers, d’ajouter des éléments de discussion qui en apparence, sont peut reliés à l’objet principal des négociations, soit le budget en tant que tel. Récemment, les démocrates ont demandé d’inclure des dispositions pour protéger certains types d’immigrants en échange de leur soutien au rehaussement éventuel de la dette. Toutefois, à constater le nombre de crises et d’échecs de négociation qui surviennent au Sénat et qui résultent de cette façon de faire, on est en droit de se demander s’il s'agit d'un bon choix stratégique. Que dit la littérature scientifique à ce sujet?

vendredi 9 février 2018

Et si les femmes étaient plus douées pour maintenir la paix?

Par Jean Poitras et Solange Pronovost

Le continent africain a été aux prises avec plusieurs guerres civiles meurtrières au cours des dernières décennies. Toutefois, même après un cessez-le-feu ou un accord de paix, les conflits ont trop souvent tendance à resurgir et les épisodes de violence deviennent cycliques. Ce n’est pas toujours le cas cependant. Des chercheurs se sont donc intéressés à l'identification des facteurs qui pouvaient modérer le risque d’une résurgence à la suite des arrêts des hostilités ou de la conclusion d'une entente. Il semblerait qu’un des éléments positifs importants soit la présence de femmes au sein du leadership gouvernemental. Comment peut-on expliquer ce résultat ?

vendredi 2 février 2018

La gestion par conflits est-elle une bonne stratégie de leadership?

Par Jean Poitras, Ph.D.

Et si au lieu de gérer les conflits, on les provoquait? L’idée peut sembler absurde à première vue, mais le style de gestion de certains leaders s’apparente à cette logique. Cette stratégie consiste à générer et à utiliser consciemment les conflits afin de provoquer des changements. Le leader est alors à la fois pyromane et pompier. Mais est-ce vraiment une stratégie qui peut porter fruit? Regardons le pour et le contre avant de porter un jugement.

jeudi 11 mai 2017

Devriez-vous céduler vos médiation le matin ou l’après-midi?

Par Jean Poitras, Ph.D.

Une étude sur les humeurs des utilisateurs de Twitter a révélé que l'état d'esprit des gens varient en fonction du moment de la journée et du jour de la semaine. Ainsi, les gens seraient de bien meilleur humeur le matin qu’en après-midi. Le pire moment de la journée serait le midi et les choses se replaceraient en fin d’après-midi. De plus, c’est les jeudis après-midi que les gens sont le plus de mauvaise humeur et il semblerait que ce soit les lundis et vendredis matin où les gens seraient le plus de bonne humeur.

lundi 6 février 2017

Les conflits sont-ils vraiment mauvais pour les organisations ?

Par Jean Poitras, Ph.D.

Les conflits sont considérés comme étant nuisibles pour les organisations. Dans la littérature scientifique, les conflits sont associés au stress chez les employés, aux burnouts, aux plaintes de harcèlement psychologique, à un taux de roulement élevé et à un faible niveau de motivation. On pourrait donc croire qu’une organisation saine est une organisation sans conflits. Néanmoins, ce n’est pas aussi simple que cela. Des recherches ont démontré que les conflits peuvent être aussi bénéfiques : plus de créativité, permet de régler des problèmes de fond et parfois même de stimuler la productivité. Alors les conflits sont-ils bons ou mauvais pour les organisations ? Comment s’y reconnaître ?